Rechercher
  • jamilaatifnat

Des questions d'alimentation...




"Comment et quoi manger?"


A notre époque, nous nous retrouvons confrontés à des paradoxes et des questions, entre doutes et certitudes incessants, face à notre alimentation. De l’acte le plus basique et, censé être le plus instinctif et donc le plus simple, nous nous retrouvons perdus. Perdus au milieu de croyances anciennes et nouvelles, de recherches anthropologiques incertaines ou scientifiques incomplètes, de visions extrémistes, de dogmatisme, d’expression de l’égo et aussi de médias plus spéculatifs qu’informatifs dans leur course du meilleur article en cherchant à mettre toujours en exergue le dernier remède, aliment ou régime miracle.

Dans un monde agricole pollué depuis trop longtemps par l’industrie chimique et le rendement intensif, les repères nutritionnels sont faussés. Même biologique, le légume hybride d’aujourd’hui n'a pas la même qualité nutritive et vibratoire que son cousin dans sa version originelle.

Dans des sociétés imprégnées par un système archaïque de morale et de conditionnements, ne devons-nous pas nous détacher maintenant de ce perpétuel et lourd sermon autour du fameux « bien et mal » ? Ce sermon même qui nous attèle à des conceptions comme « l’éthique » qui deviennent comme des labels servant plus aux affaires du marketing que celles de la santé humaine…

Par la mondialisation de la connaissance et la multiplicité des modèles et exemples existants sur notre planète, n’a-t-on pas un peu trop oublié celui qui nous est le plus adapté est celui qui nous est le plus proche ? Certes, il est exaltant et important de connaître les richesses de ce monde, ne serait-ce que pour renforcer notre humilité et notre flexibilité face à la différence et la diversité. Mais, la connaissance qui puisse nous servir le mieux et nous permettre d’être au plus juste (pour notre corps, dans nos pensées, nos actes et l’expression de notre âme), est celle du milieu dans lequel on est né puis, celle du milieu (environnemental, social, culturel) dans lequel on vit puis enfin, celle de notre milieu intérieur et de nous-mêmes, faisant appel à notre instinct, notre intuition, notre savoir universel inconscient…


Un certain malaise se présente à moi à chaque fois qu’il est question de parler d’alimentation

«correcte» ou de débattre autour de ce thème qui tracasse tout le monde à l’heure actuelle, consciemment ou non d’ailleurs. A différentes échelles de préoccupations, de nombreuses questions se posent et font tergiverser les esprits, en rigidifier d’autres et souvent en décourager beaucoup qui vont finalement se contenter d’engloutir l’information devant leurs écrans, engouffrer le produit devant une faim illusoire, digérer et assimiler lourdement sur un manque d’attention à leur propre bien-être… A ceux qui veulent plus de cohérence avec eux-mêmes et avec la vie, dans le respect des lois naturelles, vont venir les questions comme « bio ? écolo ? durable ? végétarien ? omnivore ? végétalien ? crudivore ? local ou équitable ? décroissance ? etc. ».

Malheureusement, dans ces mille questionnements et ces piles d’informations, une grande place est laissée aux dérives et incohérences, amenant souvent des comportements despotiques, des réponses suicidaires, des névroses inattendues face à ce sujet de l’alimentation…


Alors face à l’étalage de nouveaux « superaliments » venus de milliers de kilomètres, de « super-régimes alimentaires », de « super-conceptions de l’alimentation », posons-nous un moment et revenons peut-être à plus de simplicité. Il me semble, et cela fait partie de mes premiers conseils en naturopathie, que l’observation (de son environnement et de son intérieur) et l’écoute de soi et de son corps, sont les outils de premier choix pour savoir comment mieux se nourrir. Pour cela, rien de mieux que vos sens pour vous guider :

* Regardez autour de vous…ce qui pousse naturellement, les légumes, fruits, animaux qui grandissent le mieux dans votre environnement proche.

* Regardez, prenez en main et sentez l’odeur de l’aliment posé sur l’étal du marché ou de la boutique. Vous donne-t-il envie ? Si vous vous imaginez le manger, vous fait-il du bien ? Que ressentez-vous dans votre corps, dans votre ventre ?

* Ecoutez attentivement votre voix intérieure qui vous dit pourquoi vous choisissez: parce que vous avez besoin ou parce que vous avez envie? Parce que vous êtes émotionnellement débordés? En manque d’affection ou plein d’entrain à faire la fête et un festin…?


Et puis, pour savoir le mieux ce qui vous correspond comme alimentation, encore une fois, observez les aliments et les cuissons qui vont font du bien, vous donne de l’énergie, ceux qui vont font du mal, que vous digérez mal, qui vous fatiguent, vous alourdissent…Faites confiance en votre instinct, votre intuition. J’aimerais souligner aussi qu’à chaque moment de sa vie, dépendant de plusieurs facteurs (activité, âge, émotions, maladie…), les besoins de notre corps et de notre esprit changent, il est important de rester flexible et attentifs à ces changements.


Evidemment, certaines règles en nutrition sont utiles et importantes à connaître pour gérer au mieux au quotidien. C’est là tout l’art du naturopathe comme du médecin traditionnel chinois ou ayurvédique: enseigner ces règles de nutrition, vous guider dans l’apprentissage de l’alimentation qui vous est le plus adaptée, vous aider à développer votre intuition à ce sujet.


Se nourrir dans le monde d’aujourd’hui n’est pas si simple alors retournons à l’essentiel, à la flexibilité: créer son propre régime alimentaire plutôt que de se figer dans des dogmes, apprendre à connaître son corps et le corps humain en général, apprendre à connaître les aliments qui nous sont le plus proches d’abord. Et, enfin, faire de l'acte de se nourrir quelque chose de joyeux et léger, en faire un jeu plutôt qu'un casse-tête avec bienveillance, liberté et sans jugements envers soi-même et les autres!


53 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
Jamila ATIF- "Eqilibre nomade"
N° SIRET 820 943 140 00021